Les bases du montage vidéo en quelques points

Les bases du montage vidéo

Le montage vidéo consiste à sélectionner, modifier, traiter et assembler divers éléments constitutifs d’une vidéo pour en faire un tout cohérent et continu. Nous allons ici voir les bases de cette technique qui peut paraître un peu mystérieuse pour le profane.

Les logiciels de montage vidéo

Il existe pléthore de logiciels de montage vidéo. Il suffit de faire une petite recherche sur Google pour s’en convaincre. Certains sont gratuits, mais en général très basiques, d’autres payants avec une période d’évaluation. L’idée si vous débuter totalement dans cet univers, c’est de ne pas jeter votre dévolu sur un logiciel super sophistiqué orienté pour les professionnels. Vous aurez tout le loisir de vous roder sur un outil plus simple et accessible. Il sera peut-être moins performant, mais il pourra tout de même produire des résultats satisfaisants. Une fois ce logiciel de départ maîtrisé, vous pourrez alors acquérir un logiciel plus avancé, plus complet, mais aussi plus technique et plus complexe.

L’avantage de nos jours, c’est que l’interface de ces outils s’est globalement normalisée : à partir du moment où vous aurez compris le principe de fonctionnement d’un de ces outils, vous pourrez appliquer à nouveau vos connaissances sur les autres, avec une phase d’apprentissage réduite. Raison de plus pour ne pas brûler les étapes.

Les principales zones de l’interface

On distingue généralement trois zones clés dans l’interface d’un logiciel de montage.

La première zone se nomme parfois le chutier ou encore la bibliothèque des rushs. Les noms sont très variables dans ce domaine, mais l’idée reste identique. Cette zone sert de répertoire des éléments de travail, que ce soient des vidéos, des musiques ou des photos, qui vous serviront à priori dans l’élaboration de votre montage final. Ainsi, vous pourrez piocher à volonté dans cette sorte de réserve à contenus. La provenance de ces éléments peuvent être hétérogène, là n’est pas un problème. Qu’ils viennent de votre caméscope, d’un extrait de film sur un disque dur externe, d’une capture d’écran sur votre PC ou d’un enregistrement sonore sur votre téléphone portable, peu importe. L’important étant qu’ils soient répertoriés dans le chutier.

Il y a aussi la table de montage, plus communément nommée par son appellation anglaise : timeline. Elle constitue l’épine dorsale du logiciel de montage. Elle prend la forme d’une ligne temporelle sur laquelle vous pourrez placer les éléments provenant de votre chutier. À noter qu’il est possible d’y placer plusieurs pistes, autant visuelle qu’audio, ce qui permettra divers effets comme des surimpressions ou des incrustations. C’est aussi à cet endroit que vous définirez les effets de transitions entre les séquences.

Vient enfin le visualiseur qui permet de voir, comme l’indique son nom, un aperçu du montage final. À noter que cet aperçu est légèrement (voire beaucoup) dégradé par rapport au rendu final, ceci parque votre ordinateur doit pouvoir mettre à jour votre visualiseur en temps réel à chaque modification sur la timeline.

Importer ses vidéos

Le matériel de base lors d’un montage, c’est une, voire plusieurs, vidéos en entrée. Un souci qui se produit fréquemment, c’est qu’une de vos vidéos sources ne soit pas reconnue par votre logiciel de montage. La cause à la diversité des formats en la matière. Pour y remédier, il vous faudra recourir à un convertisseur vidéo comme Movavi Video Converter. Bien qu’il ne soit pas le seul dans ce domaine, celui-ci a l’avantage d’être très performant en termes de rapidité, et surtout de couvrir la quasi-totalité des formats vidéos existants.

Le principe du montage

Une fois vos vidéos dans votre chutier, vous allez pouvoir réellement faire parler votre talent créatif. En déposant sur la timeline vos différents éléments les uns après les autres, vous créerez l’ossature de votre narration. Chaque élément pouvant être raccourci, coupé, étiré, dupliqué, etc. Même s’il n’y a pas de règle absolue en la matière, privilégiez les vidéos courtes et punchy afin de capter toute l’attention de votre public. Du rythme !

N’oubliez pas de prendre soin de l’aspect audio. Notamment, assurez-vous que le volume soit suffisant.

Bien évidemment, nous n’avons fait qu’effleurer le sujet, mais déjà, vous devriez avoir une meilleure idée pour débuter dans le domaine du montage vidéo.

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: