Blockchain & Assurances : Quels usages en 2018 ?

La blockchain est en passe de bouleverser l’activité de l’assurance ainsi que sa gestion . Cette technologie dont la finalité principale est de sécuriser des transactions, fait aujourd’hui sortir les assureurs du classicisme de leur activité. Des smarts contracts ont été mis en place dans le but de faire intégrer la blockchain dans le circuit des transactions d’assurance.

Les activités d’assurance concernées par la blockchain

 

La technologie de la blockchain intéresse de plus en plus les assureurs qui cherchent à dématérialiser des niches ayant une faible valeur ajoutée. D’ailleurs, 14 assureurs français ont mis en place une blockchain privée qui permettra de sécuriser les échanges d’informations liées à l’assuré entre ancien et nouvel assureur après résiliation de contrat. Dans ce cas de figure, la technologie de la blockchain est utilisée afin de décomplexer autant que possible l’interaction entre différents systèmes d’informations.

Aussi, les activités d’assurance sont diverses et la blockchain en France n’a pas encore été expérimentée sur tout l’ensemble. Dans l’essentiel, les branches concernées jusque là sont celles de l’assurance incendie ainsi que accidents et risques divers. Quant à l’assurance des personnes, elle n’est pas encore concernée par la blockchain contrairement aux Etats Unis où elle est déjà utilisées dans le secteur de la santé ou dans le crédit en ligne rapide. Selon les experts avisés, ce système n’est pas prêt de s’installer en France au regard de la particularité touchant au système de protection sociale. S’ajoute à cela, un nombre de restrictions disposées dans le règlement général relatif à la protection des données personnelles qui va à l’encontre du principe de la blockchain.

Quels sont les usages de la blockchain dans l’assurance?

Les moyens d’utilisation de la blockchain pour les assureurs sont nombreux dont le plus en vue est celui des smarts contracts. Il s’agit de contrats intelligents basés sur des programmes indépendants exécutant des actions prédéterminées par les parties concernées et ce, de façon automatique. Pour mieux comprendre cet usage, citons l’exemple d’une catastrophe naturelle dont l’indemnisation devient plus facile à travers le recoupement des informations y afférentes. Au moment où ladite catastrophe se produit, les contrats intelligents seront exécutés du moment où ils s’alignent aux conditions précitées. L’exécution de ce type de contrat se fait sans une intervention humaine.

Selon cet usage, la blockchain aura permis l’automatisation des tâches sans l’engagement d’une valeur ajoutée assorti d’une réduction des coûts considérables liés à la gestion des dossiers d’assurance. Également, la technologie de la blockchain permettra dans ce cas de diminuer remarquablement les longs temps d’attente nécessaires pour déclencher l’opération d’indemnisation , par exemple pour une demande de prêt personnel sans justificatif. L’expérience client n’en pourra alors que s’améliorer.

Dans le secteur des assurances, la technologie de la blockchain pourra prospecter de nouveaux marchés à travers la mise en place de nouvelles offres d’assurance. Cela pouvant se faire sur des marchés où l’activité de l’assurance n’est pas encore fortement développée. Dans d’autres marchés tels qu’européen, la blockchain pourra contribuer à simplifier certaines tâches telles que les souscriptions et les démarches d’indemnisation. Une plus grande diversification de la gamme des produits d’assurance sera possible grâce à la technologie de la blockchain.

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: